Les différentes cultures... au cinéma - Stephen Marshall

Mon blogue

Les différentes cultures... au cinéma

Les différentes cultures... au cinéma - Stephen Marshall

Récemment, je me suis abonné à un magazine très intéressant, qui parle du cinéma. Je trouve ça fascinant de voir que l'on peut écrire autant d'articles sur des films différents. Évidemment, chacun a sa passion, et quand on est passionné, on peut écrire à peu près tout et n'importe quoi. Ma cousine que j'aime beaucoup, et qui habite en Inde, est allé voir le film Lala Land, qui semble remporter un franc succès auprès de toutes les générations. C'est sûr que le film est plus profond que ce qu'on voit en ce moment, et ne se contente pas de parler d’usine de meubles où l’on utilise le Pliage à chaud, mais d'une vraie histoire d'amour. Aujourd'hui, les comédies musicales semblent un peu dépassées, et pourtant, celle-ci a remporté un franc succès. Il faut dire que le film est porté par deux acteurs très intéressants, notamment, l'acteur masculin. Plusieurs actrices s'étaient vu proposer le rôle féminin, et l’ont refusé. Elles doivent s'en mordre les doigts aujourd'hui, quand on voit le succès que remporte le film de par le monde. Je ne parle pas du plaisir de jouer avec Ryan Gosling … Il faut être dingue pour refuser une chose pareille. Même moi, qui suis un gars, je comprends les filles qui craquent devant ce bel homme qui en plus a l’air franchement sympathique et simple. Un bon canadien quoi … C’est drôle quand même la réputation de personnes gentilles qu’ont les Canadiens, au point que Meryl Streep en a parlé à la remise des Oscars. Meryl a fait une déclaration remarquée contre Trump fraîchement élu, car elle voulait montrer qu’Hollywood est rempli de personnalités d’origines étrangères, et que mettre à la porte les étrangers, c’était selon elle, une aberration aux USA. On s’entend que le pays s’est construit avec des étrangers venus « civiliser » une terre plutôt « hostile » au départ, enfin, « sauvage », mais ça reste un long débat … La question des Indiens est toujours difficile, même au Canada … L’histoire, parfois oubliée, n’a pas toujours bonne odeur, mais les arguments de protectionnisme ont bon dos. En tout cas, Meryl n’a pas aimé, l’a dit haut et fort, et tout le monde l’a applaudie. C’est une grande dame, une grande actrice en tout cas, et il fallait quand même une certaine audace pour dire cela, même si elle se sentait en terrain familier près de ses pairs.

Je suis reconnaissant aux cinéastes de proposer de bons films, car il n'y a rien de plus agréable que d'aller voir un bon film au cinéma, seule, ou avec des amis.