Les secrets de famille - Stephen Marshall

Mon blogue

Les secrets de famille

Les secrets de famille - Stephen Marshall

Ce n’est pas une banalité que de dire que la famille est sans doute la chose la plus importante dans la vie. La mienne est loin d’être parfaite, mais c’est mon repère. Mais s’il y a bien une chose à laquelle j’accorde une grande importance, c’est le secret de famille. Et je suis d’autant plus irrité quand le linge sale de mes parents, ou l’un de mes frères et sœurs, est exhibé sur la place publique. Je considère un tel geste comme le franchissement d’une ligne rouge, une traîtrise. Mais mon père m’a toujours dit, le jour où je réagirais face à ce genre de provocation, la famille se déchirerait.

Le bénéfice du doute

Alors que la plupart des membres de ma famille résident à Montréal, et sur la rive-sud, moi y compris, j’ai fait le choix d’habiter Montréal pour être plus près de mon travail. J’ai croisé par hasard le mari d’une de mes sœurs dans le centre-ville. Il était très surpris de me voir. Il semblait très mal à l’aise. La voix toute tremblante, il m’a dit : « On m’a dit que les abris de piscine et lesauvent abris retractable Longueuilsont les meilleurs que j’ai trouvés. Et je suis aussi là pour rencontrer des prospects potentiels. ». Je lui ai juste répondu : « Et si j’appelais ma sœur pour lui demander où tu lui as dit que tu allais vraiment ? » Mais il savait que je n’allais pas vraiment le faire… Je ne savais pas encore quel secret il cachait, mais je me suis mis dans la tête de le déterrer.

Avoir foi en sa famille

Quelques semaines plus tard, à peine suis-je sorti de ma voiture, que la plus jeune de mes sœurs m’a interpellé. Nous avons longuement discuté. « Je sais que tu as l’intention de dire à notre grande sœur que son mari détourne l’argent de leur entreprise » me disait-elle. « Mais où est-ce que cela va te mener ? Ils vont divorcer, et leurs enfants seront les premiers à souffrir. Quand papa te dit de ne pas te mêler des affaires des autres, réfléchis-y ! » Je lui ai répondu que je n’étais pas au courant de ce détournement, et que j’essayais de me focaliser sur mon avenir, voilà tout ! Quant à mon beau-frère, que j’avais croisé au restaurant, il y était pour rendre visite à son fils. Même ma sœur n’était pas au courant. Et subtilisé l’argent de leur entreprise, c’était pour s’offrir une nouvelle piscine.