Notre nouveau congélateur - Stephen Marshall

Mon blogue

Notre nouveau congélateur

Notre nouveau congélateur - Stephen Marshall

Avec le potager que j’avais commencé l’année passée, j’avais remarqué que la capacité de notre congélateur était trop petite pour accueillir tous les produits frais que je produisais. Je m’informais donc sur les différents modèles de congélateurs qui existaient. Plusieurs solutions pour l’ouvrir étaient proposées par les fabricants. Certains avaient préféré produire des modèles avec une ouverture pratiquée sur le dessus, comme pour un coffre, d’autres avait préféré mettre une porte qui s’ouvre par-devant. La difficulté, avec un congélateur-coffre, c’est la place qu’il prend. Par contre, le froid est mieux gardé. J’avais décidé de prendre un congélateur en armoire. L’ouverture se faisant par-devant me plaisait assez, car je pouvais le mettre dans la réserve sans qu’il prenne trop de place. Le système de rangement avec des tiroirs, pas trop profonds, donnait la possibilité de voir les aliments congelés restants.

Je passais une commande pour recevoir mon nouvel appareil de congélation. La livraison était prévue pour un mardi, en fin d’après-midi, ce que je notais sur mon agenda. J’avais aussi pris des porte et fenetre à Deux-Montagnes que je devais bientôt recevoir. Je rangeais ma réserve pour que la place que prendrait le nouvel appareil soit prête, et que je n’ai plus qu’à le caser où j’avais décidé de le mettre. Les livreurs m’aidèrent à le mettre à sa place, car j’aurais eu bien du mal, tout seul, à le déplacer. Je leur offris des rafraîchissements, car la journée était déjà très chaude. Je m’affairais dans la maison, jusqu’au retour de ma conjointe. Elle fut très contente de voir que le congélateur était déjà branché.

Mon réfrigérateur étant assorti d’un bac de congélation, je pouvais garder une partie de mes denrées en attendant de mettre totalement en service le nouveau congélateur. Je gardais dedans des glaces et des plats préparés, des fruits et du pain. Au mois de juillet, je commençais à congeler ma récolte de courgettes. Ensuite, ce furent les haricots qui furent mis en boîte et congelés. Les framboisiers et les fraisiers donnèrent beaucoup, cette année-là. Les fruits furent délicatement mis en sachet avec du sucre, une astuce que m’avait donnée ma tante Nicole. Ce fut pendant l’hiver que nous avons particulièrement été contents de pouvoir ressortir les aliments que nous avions récoltés pendant la belle saison. Je me mis à cuisiner, ce que je ne faisais pas avant, je fis de délicieux gratins, légumes sautés, et aussi, des desserts.